Une petite pensée pour… « L’Étincelle en moi »

Voici donc le tout premier « Une petite pensée pour… », une rubrique qui prendra lieu tous les mercredis et qui reviendra sur l’un de mes textes – surtout les méconnus. En ce 5 février, à une poignée de jours de la fête païenne d’Imbolc, je me dis que l’occasion fait le larron et que le choix est déjà tout désigné. Je vous propose de revenir sur la nouvelle L’Étincelle en moi, publiée dans l’anthologie Saisons païennes (éd. du Chat noir).

saisonspaiennesprev

Le principe de cette anthologie est que chaque auteur s’approprie l’une des huit fêtes dites « païennes »: Samhain, Yule, Imbolc, Ostara, Beltaine, Litha, Lughnasadh et Mabon. Or, comme par un fait exprès, le collectif des enfants de Walpurgis comptait, à cette époque, huit auteurs! Nous retrouvons donc Ambre Dubois, Angélique Ferreira, Marianne Gellon, Céline Guillaume, Cécile Guillot, Bettina Nordet, Stéphane Soutoul et moi-même.
La couverture est de Cécile Guillot et chaque nouvelle se voit précédée d’une illustration en noir et blanc réalisée par Serafina.

Voilà, les présentations officielles sont faites, je peux revenir sur les conditions de création de cette antho!  ^^
Quand Cécile nous a présenté l’idée, j’étais assez enthousiaste. Je connais très bien ces huit célébrations pour les pratiquer. Aussi, ai-je proposé de prendre la fête qui resterait, celle dont personne ne voudrait, puisque je me sentais apte à écrire sur chacune. Bon, je dois reconnaître que j’avais fait une petite liste de celles qui m’inspiraient le plus et, justement, Imbolc y figurait.

Imbolc, fête blanche des perce-neige et du lait des brebis, célébration lustrale où l’on se purifie de la poussière et de la grisaille de l’hiver pour se prépare à accueillir le printemps. Il s’agit aussi de la fête de la flamme intérieure. Yule est la première étincelle, que je perçois davantage comme une étincelle cosmique (Yule a lieu lors du solstice d’hiver). Avec Imbolc, on est invité à souffler sur ses propres braises – d’où le titre: L’Étincelle en moi.

Imbolc est aussi une fête dédiée (entre autres) à Brigit, dont Belisama est l’un des visages. Les lecteurs de L’Aube de la Guerrière doivent voir de qui je parle…  😉   Bref, quand on m’a annoncé que j’écrirais sur cette célébration, je savais déjà que ça se déroulerait dans l’univers de L’Aube et que, d’une façon ou d’une autre, Belisama serait de la fête (si je puis dire…  😛 ). D’ailleurs, petit point de vocabulaire: les pratiquants appellent ces célébrations des « sabbats ». Eh oui, danser tout nus sous la pleine Lune porte un autre nom: des « esbats ».
J’ai donc vu là une très belle occasion de parler un peu plus de la relation très forte qui unit Helena, la nephilim, et la déesse. Bien entendu, j’ai tourné les éléments, les sujets abordés, les ambiances de façon à faire ressentir à un(e) lecteur/trice qui ne connaît pas cette fête les thèmes principaux (la lustration ; la flamme intérieure, vacillante, qu’on doit protéger et nourrir). Le ton est moins truculent que dans le roman – mais Imbolc ne s’y prête pas (davantage les fêtes de printemps et d’été). Il s’agit plutôt d’un réveil calme, doux et timide, à l’image de la jeune fille qui est le visage de la Déesse (pour les adeptes du couple Déesse-Dieu, ou de la Grande Déesse) en cette période de l’année.
Ça va, je n’ai perdu personne?  😛

Avec le recul, je ne sais pas si mon choix a été judicieux, d’un point de vue éditorial. En tant qu’auteure, quelque part, je ne pouvais pas faire autrement, mais elle détonne quand même par rapport aux autres nouvelles, j’ai l’impression. De plus, parler paganisme avec une héroïne à moitié ange et poursuivie par les anges et les démons, ça a de quoi perturber…  ^^;
Enfin, je pensais qu’une petite présentation des huit célébrations serait faite en fin de l’anthologie et qu’elle donnerait les clefs de compréhension des différents sabbats. Cela n’est pas le cas. Les lecteurs ne s’attendent peut-être pas à des références faites par allusions et auraient préféré quelque chose de plus démonstratif et/ou explicatif. Du coup, n’ayant pas forcément les connaissances nécessaires pour comprendre les éléments que j’ai glissés, la lecture passe à côté. C’est un problème qu’a également soulevé ma correctrice pour la nouvelle à paraître chez Argemmios, dans l’antho Le Butin d’Odin. J’essaie de rendre fluide la lecture et l’action afin de ne pas encombrer l’esprit du lecteur par des données « brutes », ce qui pourrait le faire sortir de son implication dans le récit, mais ce parti-pris se fait au risque de larguer ledit lecteur et qu’il en reste au premier degré d’interprétation.

Bref, au final, tout cela donne une petite nouvelle très poétique, toute en symboles même si l’action ne manque pas. 🙂
J’espère que les quelques éléments que je viens d’apporter vous aideront à mieux la saisir.

À très bientôt pour une nouvelle « Petite pensée pour… » !

 

Anthologie Saisons païennes (cliquer ici pour accéder à la boutique)

Vous pouvez découvrir les dernières chroniques publiées sur L’Étincelle en moi chez Dawn, Coquelicote et Anne & Marie.

 

Publicités

2 réflexions sur “Une petite pensée pour… « L’Étincelle en moi »

  1. Merci pour cette « petite pensée pour… » qui éclaire mieux tout le symbolisme de ce beau texte ! 🙂
    Effectivement, la novice que je suis (mais intéressée pour apprendre ^^) avait regretté l’absence de glossaire sur les différentes fêtes citées à la fin.
    Il n’en reste pas moins que c’est une chouette antho, bien sûr.

    • Merci à toi pour ce message! ^_^
      Je suis heureuse que l’antho t’ait plu telle quelle. Mais il reste que « L’Étincelle en moi » nécessite un peu de recherches, du coup, pour être comprise à tous ses niveaux… C’est chouette que tu aies pu grappiller quelques clés ici. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s