Nouvelle « Ralvn »

ralvnÉditions du Chat noir – Couverture par Cécile Guillot

Depuis sa naissance, Ralvn vit cachée. Enfant de la déesse Hekátê et d’un Valravn, l’une de ces bêtes légendaires qui se repaissent d’enfants et de rois pour se transformer en humains, voilà plusieurs siècles que la jeune femme se fond dans la masse, changeant d’identité lorsque son apparence immuable devient suspecte. Elle a acquis la sécurité au prix de la solitude…
Un matin, sa mère lui apparaît après des décennies de silence. La déesse a une mission pour elle : protéger un portail et empêcher les titans de le franchir afin d’envahir la Terre. Une fois sur place, Ralvn découvre qu’elle ne sera pas seule à veiller sur le passage. Un esprit, attaché au lieu par un étrange sortilège, lui tiendra compagnie jusqu’à l’ultime bataille – sanglante, désespérée.

Cette nouvelle est parue, à l’origine, dans l’anthologie Dames de lune, Fées des brumes. Ce livre est aujourd’hui épuisé, aussi les éditions du Chat noir ont décidé de republier certaines des nouvelles qu’elle comprenait au format individuel et numérique.

Caractéristiques du format numérique :
Collection Graphicat – Janvier 2013
ISBN : 979-1-09-062712-3
35 pages – 0,99 €

En vente à partir de la librairie spécialisée L’Antre-Monde (juste au-dessous de l’adresse et du téléphone), mais aussi sur 7switch, Amazon

 

Chroniques de blogs littéraires

Le Livre Monde
Ralvn est une jeune femme à l’ascendance mythique : Hekatê d’un côté, déesse que l’on sait grecque mais pas seulement, et ce Valralvn de l’autre, créature scandinave qui se repait de cœurs humains. La Déesse de la  Triple Lune, et une créature à la triple apparence, toutes deux issues du cœur de la nuit. Ralvn à hérité de leur caractère immortel. De leur magnétisme, et de leur combativité. Quand sa mère la trouve après plusieurs centaines d’années de silence, pour lui demander d’empêcher les titans de déferler sur le monde, son sang de combattante ne fait qu’un tour. Elle n’a pas tellement le choix, mais au moins, elle va pouvoir entrer en action.
J’ai une fois de plus été conquise par le style. Vanessa a une plume qui sait sortir du temps. La nouvelle est construite autour de deux fils temporels : le présent de l’action et le passé qui relate les origines. Les deux temporalités se différencient de par les protagonistes en action, mais aussi par un style qui sait se démarquer. Le passé est lointain et légendaire, il est évoqué comme un conte. J’ai trouvé ça assez fort, car très naturel et bien maîtrisé.
Quant au mélange des mythologies, j’avoue avoir été légèrement déstabilisée par la proposition audacieuse. J’ai toutefois compris les aspects symboliques importants, amenés de façon visible mais avec finesse. J’aime cette manière de mettre subtilement les éléments en avant tout en me faisant confiance, en tant que lectrice, pour les comprendre.
(Chronique complète en suivant ce lien)

Blodeuwedd
Ce n’est pas juste!!! Comment peut-on écrire une nouvelle alors qu’un contexte aussi riche si superbement traité, si peu exploité dans ce genre de littérature, nous aurait totalement comblés sous la forme de roman! Et pourtant ne vous y trompez pas, le format choisi s’adapte parfaitement tant l’auteur fait preuve de talent en nous attirant dans son univers comme s’il était nôtre, mélange de mythologie gréco-romaine et nordique qui tient compte de l’émergence du christianisme, auréolant de brumes sanglantes chacun des personnages afin d’en conserver les mystiques énigmes.
Ce livre est un puits de magie qui n’a rien à voir avec les pouvoirs des divinités ou étrangetés des peuples mythiques, c’est un mélange de beauté lugubre, d’éblouissantes ténèbres, de lumineuse noirceur qui côtoient le génie d’une plume hors norme! La couverture est totalement époustouflante car on se demande si elle est source d’inspiration de cette histoire ou si subtilement travaillée pour coller à notre héroïne! Tout est si finement ciselé dans le moindre détail que j’en reste scotchée, émerveillée, rajeunie, tant mes rêves de gamine s’envolent encore au gré des pages!
Pour une fois, je ne parlerai pas de l’histoire en elle-même tant j’aimerais que chacun s’y attarde, […] c’est un bijou de littérature onirique, fantastique, qui réveille en chacun l’amour de notre langue, notre côté mélomane des mots, peintre au pinceau subtil, femme sensuelle et lionne de tous les combats!
(sur Amazon)

Dans la biblio de Koko
C’est ce que j’ai aimé dans cette nouvelle, c’est qu’il traite d’un univers qui m’est inconnu. Donc j’ai eu l’impression de découvrir plein de choses. Oui, forcément, j’en veux plus maintenant. Mais ceci n’est pas une critique, juste un appel à l’auteure.
Oui Vanessa Terral. Vous avez une plume magnifique (d’ailleurs, je vais tenter une autre saga avec vous) mais ne me laissez pas dans cet état-là !  Écrivez sur les légendes nordiques, s’il vous plaît. J’ai adoré cet angle traité de l’ancienne religion qui a dû faire place au christianisme. J’ai beaucoup aimé le personnage de Ralvn qui aurait sûrement  mérité d’autres aventures, d’être encore plus exploité (car je sens que vous avez autant travaillé que s’il s’agissait d’un roman). Je n’ai qu’un seul mot : continuez !
(Chronique complète en suivant ce lien)

Paradise Book
La fin m’a estomaquée même si j’aurai dû m’attendre à quelque-chose comme cela venant de l’auteure. Si cela avait été possible, j’en aurai demandé plus. Moi gourmande ? Oui mais uniquement avec les histoires qui me plaisent.
C’est un coup de cœur et je vais m’empresser de lire d’autres écrits de l’auteure prochainement.
(Chronique complète en suivant ce lien)

Quelques autres chroniques :
Babelio
LivrAddict

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s