Roman « Le Gardien de la Source »

Une romance sous les Cent-Jours,
vision gothique d’une histoire millénaire

 

Couverture du roman gothique et romantique, romance historique Le Gardien de la Source, écrit par Vanessa Terral

Éditions Pygmalion – Couverture par Miesis

 

« Puis elle le vit. L’individu qui l’observait se tenait en retrait, à l’opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l’assemblée des gens bien nés. D’ailleurs, ceux-ci l’évitaient. C’était presque imperceptible, mais le flot des civilités s’écartait de lui dans une valse consommée. »

En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d’un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n’est plus tout à fait la même…
Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène ? Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d’Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante ?

Avec Le Gardien de la Source, Vanessa Terral inaugure un nouveau genre en transposant le mythe d’Hadès et Perséphone au XIXe siècle.

 

Avis d’une auteure : Cindy Van Wilder (Les Outrepasseurs, Memorex…)
« J’ai beaucoup aimé cette réécriture du mythe de l’enlèvement de Perséphone, située dans les temps troublés des Cent Jours, dans le décor de la Provence sauvage et rurale. Lazare et Anne-Hélène sont des héros atypiques, de vrais personnages de romans du 19e ; le style est ciselé, joliment illustré, avec des dialogues qui font mouche. En tous points une agréable lecture ! »

 

Sortie : 13 janvier 2016 – Disponible sur la FNAC et Amazon
Prix : 16 euros – 394 pages
ISBN : 978-2-7564-1873-5

Version numérique disponible à 11,99 euros sur Amazon, 7switch, iBookStore…
ISBN : 9782756418759

> Page Facebook

 

Fanarts

Lazare et Anne-Hélène, les deux héros du roman Le Gardien de la Source, de Vanessa Terral, aux éditions Pygmalion, un fanart illustration de Célia MelesvilleAnne-Hélène et Lazare, les héros du roman, par Célia Melesville

 

Interviews

Vanessa a été interviewée par une radio, un magazine et un webzine. Pour ce dernier, vous pouvez retrouver ses réponses en cliquant ici.

L’entretien radiophonique est accompagné d’une petite présentation. Cela se passe sur le site de Fréquence Mistral Manosque et vous pouvez y accéder en cliquant par là —>
Interview radio

Quant à l’interview dans le magazine, il s’agissait du mensuel gratuit Clutch, qui parle de la culture à Toulouse et dans ses environs, et les deux pages concernant Le Gardien de la Source sont juste au-dessous ! De même, cliquez dessus pour les agrandir.  🙂

Interview de Vanessa Terral pour Le Gardien de la Source, dans le Clutch magazine culturel de Toulouse, n°38 février 2016 page 1Interview de Vanessa Terral pour Le Gardien de la Source, dans le Clutch magazine culturel de Toulouse, n°38 février 2016 page 2

Article publié dans le Clutch n°38 de février 2016

Un petit mot était glissé quant à l’événement « Boutons de rose à l’heure du thé ».

 

Enfin, des journaux régionaux, de cette Provence qui est le cadre du roman, ont parlé de ses dédicaces et du Gardien

Article du quotidien La Provence sur Le Gardien de la Source à l'occasion de la dédicace à la librairie Au Poivre d'âne, à ManosqueArticle de l'hebdomadaire Haute-Provence Infos sur Le Gardien de la Source à l'occasion de la dédicace à la librairie Au Poivre d'âne et à l'Espace culturel de Leclerc, à Manosque

Ci-dessus, article de l’hebdomadaire Haute-Provence Infos et à gauche, du quotidien La Provence.
(Cliquez dessus pour les agrandir.)

 

Un petit mot pour remercier Fanny Villiers des éditions Pygmalion, qui a rendu toutes ces interviews possibles. 🙂

 

Extraits de chroniques

Cliquez sur les liens (en rouge) pour accéder aux chroniques dans leur intégralité.

Coup de ❤ ! pour ML du forum Mort-Sûre
Moi qui ne suis généralement pas adepte de romans historiques, j’ai été subjuguée par cette romance qui se déroule quelques années après la Révolution. J’en suis ressortie changée et envoûtée par la plume de l’auteur. J’ai d’ailleurs dévoré le livre d’une traite. […] Mention spéciale aux personnages qui sont excellemment bien travaillés. Leur psychologie est plutôt poussée, ce qui nous permet de mieux les cerner et apprécier. J’ai autant aimé Anne-Hélène que Lazare, chacun à sa manière. J’ai été agréablement surprise de constater leurs caractères bien trempés. En bref, ils sont géniaux.

Songes d’une Walkyrie – 5/5
Envoûtant, comment trouver les mots pour exprimer le ressenti après un tel moment délicieux ? Difficile d’avoir le talent d’écriture et l’art du maniement des jolies mots de l’auteur pour rendre hommage à son œuvre, on va toutefois essayer…
Une lecture aussi légère et fragile qu’une aile d’un papillon que l’on aurait peur de briser, une lecture que l’on prend le temps d’apprécier, une lecture marquante qui raconte une romance magnifique qui n’était pas gagnée d’avance. […]
C’est hors du temps, on est subjugué, on savoure chaque mot, chaque phrase tant le langage usé par l’auteur est d’une richesse et d’une justesse incroyable, c’est beau, magique, transcendant… C’est aussi très imagé, métaphorique, d’une poésie inspirante, on s’évade au cœur de la Provence d’une autre époque ; des paysages somptueux aux cours d’eau rafraîchissants et une terre tantôt épanouie tantôt meurtrie mais toujours dans la beauté, au cœur des mondanités frivoles ; le jeu de la séduction de la jeune noblesse, des danses enivrantes ou encore de belles paroles poétiques,  et d’une sorcellerie douce amer ; le genre de magie qui rôde et frappe sa proie violemment, de celle qui happe tout votre être, qui n’est pas sans conséquence de l’avoir appelé, une magie aussi simple et éblouissante en lien étroit avec la nature…

Amazon
– Hagel : « Poétiquement inattendu » – 5/5
Un livre plein de poésie, qui se découvre au fil des pages, sans être attendu, ou être prévisible
On voyage, on sent la saveur du soleil, l’odeur de la terre, les champs de lavande, et les sentiments complexes des personnages très bien construits
Parfois la sensation de lire un poème de Victor Hugo, ou d’autres auteurs tout aussi littéraires, mais qui rendent ce livre tellement riche, que je ne saurais que le recommander

– Célia M. : « Envoûtant et poétique » – 5/5
Avec ce nouveau roman, Vanessa Terral nous fait découvrir un mythe ancien revisité de façon poétique. (Je ne vous dis pas lequel pour ne pas spoiler…)
Il y a toujours de l’action, cher à l’auteur, du mystère, saupoudrer le tout de romance et de grand paysage provençaux. Un livre qui murmure de belles phrases à nos oreilles et qui touche au cœur! Une magnifique réussite.

– Aubriot : « Excellent » – 5/5
Difficile de lâcher le roman avant la fin. Une histoire mêlant ombre et lumière, des personnages attachants, un mythe ancien réinterprété dans un contexte plus récent et passionnant.

– Iria : « Génial » – 5/5
J’ai dévoré ce roman mêlant fantastique, romance et descriptions parfaites donnant envie de visiter ces lieux que l’on imagine sans peine… On sent la chaleur du soleil de Provence sur nos épaules, on entend le bruit du vent dans les arbres de l’arrière pays, on savoure les décors grandioses comme si on les connaissait depuis toujours. Les personnages sont attachants, forts de caractère, l’histoire addictive… Un vrai concentré d’efficacité et de suspens obligeant à ne pas quitter son livre avant de l’avoir lu d’une traite!

– Philippe G. / Patricia : « Comment faire part de mon enthousiasme… » – 5/5
Comment faire part de mon enthousiasme sans rien révéler de ce livre où se mêlent romance, fantasy, histoire, mythologie liées par un suspens qui nous tient et nous retient jusqu’aux dernières pages du livre, ce qui fait qu’une fois les premières lignes commencées, on ne décroche plus.
Vanessa Terral m’étonne à chacun de ses livres par sa capacité à rendre ses personnages tellement vivants que l’on ressent avec eux chagrin, joie, espoir ou désespoir et tous les sentiments qui font vibrer les hommes et les femmes que nous découvrons tout au long du récit ; et quels personnages, tellement profonds et intéressants, tous marqués par la vie dans leur chair et leur âme.
Vraiment prenez le temps d’une balade en Provence pour accompagner ces superbes femmes indépendantes et courageuses et ces hommes au caractère très contrasté.
Merci Vanessa Terral pour ce très beau roman toujours aussi bien écrit.

La FNAC
– André: « Fascinant : difficile de s’arrêter » – 5/5
J’ai dévoré ce livre et le recommande particulièrement. Le récit se dévoile petit à petit, les intrigues sont fascinantes et les héros et héroïnes sont attachantes. Mon seul regret : être arrivé à la dernière page. J’ai aussi lu les autres titres de l’auteur et je suis conquis. Le style d’écriture est rythmé, agréable.

– Phil84 : « Mystérieux, captivant et émouvant » – 5/5
Un livre de qualité, une narration qui nous fait vivre les émotions de chacun des personnages. Les femmes y sont fortes, audacieuses et indépendantes, malgré un destin qui se joue d’elles. Une alchimie réussie mêlant le mythe, le fait historique, la romance et la magie. L’action est basée sur un mythe célèbre de l’Antiquité: nous retrouvons à la fois l’histoire de séduction et d’amour que développe celui-ci, ainsi qu’une profondeur symbolique liée aux vieux récits de l’humanité.L’ambiance sombre et envoûtante rappelle les romans gothiques, et cependant se marie de façon surprenante avec le chant des cigales et la lumière de la Provence. À lire de toute urgence!

Les Lectures de Mylène
Impossible de le lâcher avant d’en connaitre le dénouement, j’ai voyagé en compagnie des protagonistes, découvert en même temps qu’eux les mystères qui les entourent et apprécié les visages qui évoluaient devant moi. […] J’ai aimé l’évolution des personnages et surtout celle d’Anne-Hélène. Elle prend petit à petit conscience de son rôle en tant qu’héritière de la marquise et apprend tout ce qu’elle peut pour mener à bien sa mission. […]
Le dénouement est intense, m’a prise par surprise et m’a laissée avec un sentiment du devoir accompli une fois la dernière page tournée. L’équilibre que chacun trouve dans cette intrigue est au centre de leurs sentiments et leur permet de vivre enfin pleinement leurs vies. Une bien belle histoire entre obscurité et lumière !

Un ange noir
Vanessa Terral fait preuve d’un style et d’une plume se prêtant fort bien à cette époque, on y ressent toute la douceur et le rocambolesque digne de ces périodes qui nous font tant rêver.
D’ailleurs le fantastique s’immisce délicatement dans notre passé, par petites touches. Il semble couler de source et l’on pourrait le croire sorti de nos manuels scolaires qui relatent cette époque. Et pour le lien avec le titre, longuement nous le cherchons et ce que cela implique, le Gardien de la Source, et lorsqu’enfin nous l’apprenons, un pincement au cœur, mais aussi une crainte irrationnelle s’emparent de nous. Est-ce possible ? Comment peut-on supporter tout ceci ?  […]
Le final s’accompagne d’un feu d’artifice d’émotions qui apporte son lot de couleurs chaudes à ce tableau, le parant de cette touche qui le fera traverser les années, l’emmènera je l’espère à la prospérité, car ce roman mérite de connaître une multitude de lectrices et lecteurs.
Oui la romance ne doit pas être qu’une affaire de femme, surtout lorsque celle-ci est teintée d’une touche de fantastique avec cette lumière et ces ténèbres, elle est faite pour toutes les Juliette et leurs Roméo, pour toutes les Perséphone et les Hadès, pour ceux dont le cœur vibre devant tant d’émotions, d’espoir, d’amour sans craindre les peurs, le désespoir ou la haine qui peuvent parfois faire irruption dans nos vies.

La Plume ou la Vie
Je n’ai pas pu m’empêcher de repérer aussi une forte influence Austénienne dans la relation entre Anne-Hélène et Lazare. Cela ne m’étonnerait pas du tout qu’il y ait derrière cette relation une inspiration d’Elizabeth et Darcy dans Pride and Prejudice. Lisez-le et vous verrez !

Les Histoires de Lullaby
Le fait que le roman se déroule dans le milieu de la noblesse d’après la Révolution (plus exactement durant les Cents-Jours) offre d’ailleurs un singulier contraste avec les tourments intérieurs qui agitent les deux personnages principaux : étiquette dans les attitudes lors des parutions en société, dialogues empruntés comme le voulait l’usage, tout cela donne un côté précieux à l’histoire – pour ma part, cela m’a rappelé les contes fantastiques de Maupassant et Théophile Gautier. […] Le tout est servi par une plume très travaillée, au style volontiers désuet mais qui n’apporte que davantage de dimension à cette romance tant historique que gothique, et concernant ce dernier point, dans la plus pure tradition du genre.
Le fantastique, puisqu’on en parle, est donc présent par petites touches. Il devient un peu plus prégnant vers la fin mais cette touche discrète comme l’exploration des sombres replis de l’âme de nos deux héros vont de pair. Qu’il soit si discret ne m’a pas gênée, comme je le disais plus haut, à mes yeux, cela restait dans les traces des auteurs fantastiques du XIXe siècle.

Natacha Art and Book
Cette aura de mystère, qu’Anne-Hélène porte désormais avec elle, un être la remarquera au cours d’une soirée mondaine. Il s’agit de Lazare, comte déchu de Forcalquier. C’est son frère, Jean-Pietro de Forcalquier, désormais dépositaire du titre de comte, qui est l’organisateur de cette soirée. Le personnage semble à première vue l’opposé de son cadet. L’un est sombre, porteur d’une réputation sulfureuse mêlant magouilles et contrebandes, tandis que l’autre paraît solaire, droit et charismatique. Il aurait semblé plus logique, que la jeune première Anne-Hélène s’entiche de Jean-Pietro. Et pourtant, au milieu des mondanités et des ragots du gratin local, c’est un étrange lien qui se tisse entre Lazare et elle. Au fil des pages, nous découvrons deux personnalités plus complexes qu’il n’y paraît, ni tout à fait sombres, ni tout à fait lumineuses, faites de forces et de faiblesses. Il est aussi difficile de lâcher le récit avant de savoir qui est le gardien de la source et pourquoi est-elle si importante pour lui.

Le Temple de l’Île sacrée
Ce que vous trouverez :
– La réinterprétation d’un mythe
– Un ancrage mythologique, symbolique et narratif, enchassé dans une trame historique solidement travaillée
– Une langue digne des Romantiques
– Des personnages archétypaux fortement caractérisés
– Les codes du genre de la romance

Je suis ravie bien que pas surprise du tout d’y avoir découvert une réinterprétation extrêmement riche au niveau mythique et symbolique, et c’était le point qui était central pour moi. Vanessa a su réexploiter tous les éléments du mythe pour les intégrer de façon fluide à la narration. Forcément, ça implique des prises de liberté par rapport à l’hymne, des choix qui donnent de l’ampleur et de la profondeur mais qui ne dénaturent en rien la portée symbolique sous-jacente. C’était sans doute l’élément le plus casse gueule, mais là dessus, plus je lis du Vanessa Terral, et moins je m’inquiète : elle maitrise vraiment cet aspect à fond. […]
Pour finir avec les sujets qui nous intéressent tout particulièrement sur ce site, le traitement de l’image de la sorcière et de ses activités m’a convaincue. Une sorcellerie de campagne teintée de codes ésotériques qui font plaisir à ceux qui les reconnaissent, des chats dans tous les coins (c’est mon côté « crazy cat lady ») dans un univers malgré tout chrétien (contexte historique oblige) donne un aspect très vivant et viscéral à la pratique.

Les Bouquinautes
Mêlant habilement le genre fantastique au récit historique, l’auteur a réussi à dépoussiérer un mythe très ancien, celui des amants maudits. […] C’est donc surtout l’évolution des relations entre Anne-Hélène et Lazare que nous suivons tout au long du roman, avec de temps à autre des événements étranges. La Source, vous l’aurez certainement deviné, est un lieu stratégique où la mort et la malédiction s’affrontent et se disputent leurs victimes. Cela peut paraître sombre mais Vanessa Terral manie tellement bien sa plume que le récit n’est jamais oppressant.

Onirik
Nous sommes ainsi témoins d’une malédiction ancestrale qui pousse cet énigmatique Lazare à bien des sacrifices. Un homme curieusement lié à ses terres, et qui malgré tout ce qu’on peut lui reprocher, fait preuve d’une grande bonté. Il prend soin de ses gens et se préoccupe sincèrement des méfaits éventuels de cette malédiction dont il est atteint sur tout son entourage.
En apparence rien ne semble donc troubler cet homme. Puis, sans crier gare, l’héritière de Varages apparaît. Et leur vie à tous les deux prend alors une tournure inattendue… […]
À force de détails nous imaginons aisément les paysages de la province, les habits, les senteurs et les couleurs entourant nos personnages. Une ambiance mystique s’élève au fil des pages, des forces obscures hantent les esprits, faisant frissonner les corps.

On sent également tout le long du roman les conséquences et les répercutions de la Grande Terreur et des conquêtes de Napoléon Bonaparte, sur le peuple. Un peuple qui a dorénavant du mal à trouver ses marques et sa place. C’est donc dans un climat de crainte que le lecteur et les personnages évoluent car l’auteur a très bien retranscrit ces pans marquants de l’histoire de France. Mais à aucun moment ces aspect ne deviennent lourds ou pompeux, le côté historique se fond parfaitement à travers les aventures de nos héros, cela apporte justement de la profondeur et un bon complément à l’intrigue. Notre immersion dans cette époque et dans cette histoire si particulière est marquée par un vocabulaire riche et authentique mettant grandement en valeur notre belle langue française. Empreint de poésie, subtil et intelligent, tel est le récit que nous offre Vanessa Terral.

Les Lectures de mademoizelle Nebel
Ce qui m’a tout de suite interpellée, c’est le style d’écriture qu’utilise ici Vanessa Terral : une écriture, soignée, recherchée et lyrique. Et quel plaisir de lecture cela confère ! Je suis heureuse de découvrir cette nouvelle corde à l’arc de Vanessa, de qui j’ai déjà lu 2 romans et une nouvelle. Cette écriture colle à merveille au côté historique et au côté romance du roman. […]
En somme, un roman qui m’aura plu tout du long alors qu’il change assez de mes lectures habituelles : je lis peu de romance, et peu de romans historiques. N’hésitez pas à tenter l’aventure à la découverte de la belle plume de Vanessa Terral.

Un brin de lecture
Une adaptation sombre et captivante du mythe d’Hadès et Perséphone au 19e siècle. On se laisse bercer et même parfois un peu engourdir par le rythme très lent du début de récit. L’attention est ensuite retenue par ce duo de personnages qui nous fascine et nous attendrit. On est touché par ces amants maudits et on suit leur histoire avec curiosité et attention jusqu’au dénouement qui termine avec brio une aventure sombre et originale.

 

Publicités

5 réflexions sur “Roman « Le Gardien de la Source »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s